Nouvelle rubrique sur ce blog. Il est laissé à l'abandon depuis pas mal de mois, non pas parce que je ne l'aime plus mais parce que je "cosmète" beaucoup moins maintenant qu'à une certaine époque. Mes 3 enfants, mon boulot, ma maison, ma vie de famille fait que, je ne trouve plus le temps ni l'envie de tambouiller à fond les ballons. Ohhhh j'en fais toujours hein, mais rien de bien mirrobolant, rien qui ne vaille d'être publié sur ce blog et qui n'a déjà été publié auparavant.

Voici donc une rubrique qui me trotte dans la tête depuis quelques mois, et je profite 
de mes vacances pour enfin la lancer: l'analyse des compos. Commençons avec les après Shampooings de la marque DESERT ESSENCE, et plus particulièrement de celui à la noix de coco. Ces après shampooings ont longtemps fait partie de mes chouchous, mais j'ai ouvert les yeux la semaine dernière avec stupéfaction sur leur composition, que je croyais sans faille, grâce à quelques copinautes sur Facebook (merci les filles!). C'est parti!






Le premier ingrédient est de l'eau, comme dans la plupart des après shampooings, et elle est suivie directement par trois extraits végétaux (olive, ortie, camomille),  ce qui est un très bon point puisque cela signifie que ces extraits végétaux sont plutôt en grande quantité dans le produit!

Vient ensuite l'alcool gras (Cetearyl Alcohol) qui sert d'émollient et donne de 
la texture au produit, et qui malgré son nom barbare est un ingrédient non nocif et non agressif. Il peut aussi bien être d'origine synthétique que végétale, même si la plupart du temps, dans les produits bio, il est dérivé d'un végétal. Il n'assèche pas les cheveux. même si la plupart du temps, dans les produits bio, il est dérivé d'un végétal. Il n'assèche pas les cheveux.

Puis nous trouvons un des deux ingrédients problématiques de cet après shampooing: 
le Behentrimonium Methosulfate, plus connu sous le nom de BTMS. C'est un quat, agent antistatique, qui facilite le coiffage, mais qui peut avoir un effet irritant, est filmogène et occlusif pour la peau (cuir chevelu) et qui a une mauvaise dégradabilité dans la nature.

On passe ensuite aux huiles et beurres végétaux, tous très nourrissants pour la 
fibre capillaire (noix de coco, beurre de karité, amande douce, tournesol et
jojoba). Rien à redire sur ces ingrédients.

Puis nous retrouvons un actif sain: les triglycérides capriliques, qui 
sont des solvants lissants et regraissants, (huile estérifiée provenant de la noix
de coco), substances de soin non dangereux pour la santé.
Le dehydroacetic acid est un conservateur synthétique inoffensif.

Le 
Cetrimonium Chloride est en revanche moins sympathique: c'est l'actif démélant du produit, mais c'est un Quat lui aussi, avec tous ses inconvénients...
L'alcool de Benzyl et le Sorbate de potassium sont des conservateurs autorisés dans les chartes Cosmébio.
La glycérine est un agent humectant, elle peut être d'origine minérale ou végétale.
L'acide citrique ajuste le PH.


Les quats sont pour moi rédhibitoires. J'ai pas mal de ces après shampooings dans mes stocks "de survie" (je les avais achetés pour les cheveux de ma Lutinette) mais il est désormais hors de question qu'elle se mette ça sur la tête. On peut donc dire que malgré le fort pourcentage naturel et innofensif de sa compo, ce produit ne peut malgré tout pas figurer parmi le panel des cosmétiques vraiment cleans... C'est vraiment dommage car il n'y aurait que peu de choses à changer dans cette compo pour qu'elle le soit!